Mel Bonis

Composer

Mel Bonis

Composer

FR

BLOG

LE PIANO DE MEL BONIS
Par Christine Géliot

Télécharger le pdf
Publié le 16/01/2023

L’œuvre pour piano de Mel Bonis est abondante, diverse par le caractère et par le niveau de difficulté. Elle se compose de nombreuses pièces et recueils pour piano seul, de plusieurs suites et morceaux à quatre mains, de deux œuvres pour deux pianos et de cinq recueils de pièces pédagogiques.

L’œuvre pour piano seul comporte 67 pièces éditées, et trois inédits. Elle est composée tout au long de la vie de la compositrice et évolue avec les années, les compositions d’avant le XXème siècle étant plus empruntes de romantismes, celles d’après, plus impressionnistes, l’ensemble étant ponctué de pièces légères. Comme le reste de l’œuvre, le corpus de piano de Mel Bonis est bien ancré dans son temps. De style postromantique, on y découvre ce qui définit les compositions de cette époque : le romantisme, le caractère descriptif, l’impressionnisme, le « style ancien » dans certaines danses, l’orientalisme notamment dans les Femmes de légende, et le style salon pour les pièces légères – certaines pièces pouvant se situer aux confins de l’un ou de l’autre. Comme pour l’ensemble de l’œuvre, le piano de Mel Bonis se caractérise par sa richesse harmonique. « Chez elle, écrit Eberhard Mayer, les gemmes impressionnistes sont insérées d’une manière souveraine, mais toujours avec une volonté créatrice conforme au modèle classique. »

A l’origine, les œuvres pour piano sont publiées chez Leduc, puis chez Demets dont le fonds sera repris par Eschig, et, pour les plus tardives, chez Maurice Sénart. Ce sont essentiellement des publications de pièces séparées, mais aussi des ensembles de pièces formant une collection (comme Bourrée, Pavane et Sarabande, comme les pièces de la Suite en forme de valses, comme les 3 puis cinq pièces de chez Leduc aux prénoms féminins qui formeront la base de ce qui sera appelé ensuite les Femmes de légende), et enfin trois recueils - 5 pièces musicales chez Durdilly, 1889, Cinq pièces chez Leduc en 1897, et Cinq pièces pour le piano (à Madeleine Quinet) chez Sénart en 1929. Après les années de purgatoire de l’œuvre de Mel Bonis, entre 1937 (mort de la compositrice) et 1997 (commencement de la redécouverte en France), au cours desquelles ces éditeurs sortirent les œuvres de Mel Bonis de leurs catalogues, les éditions Furore, à Kassel en Allemagne entreprirent de publier l’intégrale de ses œuvres pour piano (à l‘exception des pièces pédagogiques). Entreprise en 2004, terminée en 2018, cette collection, Mel Bonis, œuvre pour piano comporte 11 volumes, dont 8 pour le piano solo.

Pour le piano seul, Furore a fait un classement en trois catégories. La plus représentée, les Pièces pittoresques et poétiques – 30 pièces en 3 volumes – est ainsi décrite dans la préface par Eberhard Mayer : « Ce sont de ravissants tableaux à l’ambiance romantique, impressionniste que lui inspirent les phénomènes de la nature et la poésie. On y trouve des structures d’une étonnante expressivité… » Les Danses – 17 pièces en 3 volumes – sont des pièces légères conformes au goût de l’époque et auxquelles Mel Bonis apporte un charme unique (Mazurka, habanera, etc. Au total, on compte 12 valses). Les Pièces de concert, au nombre de 8, sont essentiellement romantiques, plus longues, d’un haut niveau d’exigence, souvent virtuoses. Le volume des 7 « Femmes de légende » œuvres à la fois descriptives, impressionnistes, orientalisantes et virtuoses forme un ensemble indépendant dans sa thématique.


***